93, rue Pelleport 75020 Paris - 06 10 07 84 74 Mappy

Facebook

Bannière

IAI DO ou IAI BATTO HO ou voie du sabre

Index de l'article
IAI DO ou IAI BATTO HO ou voie du sabre
Le tableau complet des écoles pratiquées
l’Aïkido et ses deux roues...
Toutes les pages

Dans notre école l'étude de la voie du sabre fait partie intégrante de l'enseignement de T.K. Chiba senseï (1940-2015), Maître d'aïkido, elle est conçue comme une pratique complémentaire à l'aïkido.

Les cours ont lieu le mercredi de 19h30-20h30 en alternance avec de l'aïkiken, le vendredi matin de 7h-8h avec l'assise silencieuse et le vendredi de 17h30-18h30.

Le terme IAI DO ou BATTO-HO et les trois idéogrammes du terme Iaï do

Dans cet enseignement, nous utilisons  le terme de Iaï batto ho plus ancien qui se traduit littéralement selon les sources par dégainer ou par couper. Dans la technique du sabre dégainer et couper se fondent dans un même acte, il s'agit de dégainer en coupant dans un même geste.
Le terme Iaï do n'est utilisé que depuis 1930. Les kanjis ou idéogrammes qui le désignent font référence à l'être (I), à la capacité de s'accorder (AÏ) et à la voie (DO). Au-delà de l'accord avec le sabre, il s'agit de réaliser son propre être en cohérence avec toute chose.
En complément de l'aïkido, cette étude clarifie la notion de coupe, de positionnement, développe la coordination avec l'ajout de l'instrument. D'autre part, le rapport avec l'arme affine la notion de martialité. C'est donc un enseignement complet avec un protocole qui lui est spécifique.

L'équipement :

  • L'équipement de base comprend : un keikogi (tenue en coton blanche ou bleue) ; des tongues ou zoori.
  • Le port du hakama est indispensable pour la pratique. Les premières fois où vous vous habillerez demander conseil.
  • Iaï to (ou copie du sabre réel). Pour débuter, il convient de choisir un sabre d'un rapport qualité/prix correspondant au niveau dans lequel on se situe, pour cela consulter l'enseignant. Ces sabres sont fabriqués au Japon, ils sont la copie conforme d'un vrai katana mais avec une lame non tranchante en alliage aluminum et zinc.
  • sabre en bois un bokken; fukuro shinaï (bambou recouvert de cuir permettant de ne pas blesser). Le bokken doit être en chêne blanc, si possible non vernis.
  • Après quelques années de pratique on peut envisager l'achat d'une lame vive ou katana. Pour cela on fera appel à un spécialiste. La fabrication des sabres japonais représente tout un art. Il existe une façon d'entretenir son sabre et de réparer la saya.

Au fur et à mesure de la pratique le vocabulaire spécifique au maniement du sabre se met en place. Quelques termes pour commencer.

Les trois parties complémentaires de la pratique :

  • l'étude des scénarios de combats ou katas avec un sabre seul face à soi-même : tandoku renshu
  • la pratique du scénario complet avec des partenaires avec un sabre en bois (bokken) ou  un fukuroshinaï (bambou recouvert de cuir qui ne blesse pas) appelée selon les écoles : ken jutsu, kumidachi, sotaï renshu;
  • la coupe avec une lame vive (à l'origine servant à tester le sabre et non notre capacité à couper) : tameshigiri.

La composition des katas (formes codifiées) : quatre principales phases

  • Nukitsuke : couper en dégainant
  • Kiritsuke : coupe décisive
  • Chiburi : action d'enlever le sang de la lame. Action plus symbolique que pratique. Selon les écoles le chiburi est différent.
  • Noto : remettre le sabre au fourreau.

A noter l'importance de la sous-phase :

  • Furikamuri qui consiste à armer le sabre.


Friends Online

Powered by EvNix